La période de participation est maintenant fermée. Merci à tous d'avoir participé.

Vous êtes sur la page de contribution de CERNA Allistene sur le débat « Société numérique inclusive ».

Retourner au débat

La contribution #3212

CERNA Allistene
#3212, le 31/01/2015 - 19:02

Créer un Comité Consultatif National d’Ethique du Numérique

La France a montré l’exemple en créant dès 1982 le CCNE, comité consultatif national sur les questions éthiques dans les domaines de la vie et de la santé. Elle doit faire de même pour le numérique. En effet, l’influence de la métamorphose numérique sur la condition humaine est tout aussi importante que celle de la biologie et la médecine.

 

Les progrès du numérique ouvrent une multitude d’avenirs possibles, porteurs d’espoirs et d’inquiétudes, avec leurs lots de bénéficiaires et d’exclus. Certains qualifient ces progrès d’exponentiels et prônent l’amélioration voire le dépassement de l’humain, dans des considérations mêlant  business, utopies et idéaux. Pour d’autres, la situation où « tout devient possible » constitue une menace. Cette fracture ne pourra être comblée qu’en instaurant, à travers l’action politique, des espaces de débat et de réflexion éthique sur la transformation de nos sociétés par les technologies et les innovations numériques.

 

Dans ce contexte, les acteurs publics regroupés au sein de l’alliance Allistene (1) ont produit ces dernières années des études (2) qui ont abouti fin 2012 à la création de la Commission de réflexion sur l’éthique de la recherche en sciences et technologies du numérique d’Allistene (CERNA) (3).

De son côté, le Conseil d’Etat préconise la création d’une mission permanente d’animation de la délibération collective sur les enjeux éthiques liés au numérique, dans son rapport  « Le numérique et les droits fondamentaux » publié en 2014.

Ces initiatives convergentes mériteraient de déboucher sur la création d’une instance nationale unique, indépendante, consultative, un Comité Consultatif National d’Ethique du Numérique construit sur le modèle du CCNE.

Deux raisons majeures à cela. D’une part, la recherche, l’innovation et les usages des technologies entretiennent des liens particulièrement complexes dans le numérique, rendant nécessaire une approche sociétale englobante. D’autre part, la veille éthique doit être continue, et la nation doit pouvoir capitaliser le point de vue français et ainsi le porter au mieux sur la scène européenne et internationale. 

Un Comité Consultatif National d’Ethique du Numérique pérenne et  compétent pour l’ensemble du domaine numérique  saurait répondre à ces exigences.

 

Un tel comité doit être à même d’émettre des avis, sur saisine ou autosaisine, à propos de  champs les plus divers comme :

Le travail et l’économie numérique

  • La santé
  • L’individu et sa vie privée, la citoyenneté
  • Les interactions de l’individu avec les artefacts du numérique
  • L’éducation, la culture et la communication
  • Les transports, la ville et les territoires.

Il doit en outre éclairer des questionnements transversaux :

  • Comment peut-on s’inspirer de la pensée morale et de ses grandes traditions dans l’analyse des questions éthiques posées par la nouveauté technologique et la métamorphose numérique?
  • Comment prendre en compte les différences culturelles dans la réflexion éthique sur le numérique?
  • Quelle influence les technologies numériques ont-elles sur l’évolution des normes et des lois?
  • Quelle importance occupent les algorithmes, quel type d’impact ont-ils ?
  • Quelles sont les influences mutuelles entre le souci de compétitivité économique et les positions éthiques dans le domaine du numérique ?
  • Quelle articulation entre l’éthique de la recherche et l’éthique des usages?
  • Quelles interactions entre les appropriations passionnelles et rationnelles des technologies numériques?
  • La société numérique de demain aura-t-elle plus de confiance ou de défiance en la science?
  • Quel modèle éthique développer pour une société inclusive et soutenable ?

 

___________________________

(1) Allistene, l’alliance des sciences et technologies du numérique, qui regroupe en tant que fondateurs la CDEFI, le CEA, le CNRS, la CPU, Inria et l’Institut MinesTélécom et associe l’INRA, l’INRETS et l’ONERA. https://www.allistene.fr/

(2) Rapport sur la création d'un comité d'éthique en Sciences et Technologies du Numérique Inria, mai 2009 

et Pour une éthique de la recherche en Sciences et Technologies de l'Information et de la Communication Comité d’Ethique du CNRS (COMETS), novembre 2009

(3)  http://cerna-ethics-allistene.org/ La CERNA a remis lors de la dernière AG d’Allistene son avis sur l’ Ethique de la recherche en robotique à Madame Geneviève Fioraso, Secrétaire d'État chargée de l'Enseignement supérieur et de la Recherche. 

Aucun argument pour

La consultation est fermée

1 argument contre ∨

maurice nivat
#3234, le 02/02/2015 - 10:31

l'étique est une question personnelle, chacun peut avoir sa propre éthique, chacun peut avoir plusiuers étiques selon les fonctions qu'il exerce et les contextes

je ne pense pas qu'il doive y avoir d'étique officielle

La consultation est fermée

Aucune source déposée

La consultation est fermée