La période de participation est maintenant fermée. Merci à tous d'avoir participé.

Vous êtes sur la page de contribution de ldubost sur le débat « Stratégie technologique de l'Etat et services publics ».

Retourner au débat

La contribution #1397

ldubost
#1397, le 23/11/2014 - 17:24

Prendre conscience du financement des logiciels libres que l'Etat utilise

L'Etat est un grand utilisateur de logiciel libre et probablement devrait les utiliser encore plus pour tout un tas de raisons donc la souveraineté numérique, l'adaptabilité de ces logiciels, la sécurité et aussi les économies que ces logiciels permettent, cependant l'Etat va souvent trop loin dans la direction du plus bas coût avec en particulier la problématique des appels d'offres qui sont souvent un combat du moins disant en terme de prix au détriment de la qualité de la prestation ainsi que du financement des logiciels libres utilisés.

Par cette stratégie du plus bas coût, l'Etat s'engage le plus souvent avec des acteurs plus utilisateurs et commercialisateurs de logiciels libre et non producteur de ceux-ci. J'ai détaillé cette problématique dans un article (http://www.xwiki.com/lang/fr/BlogFr/ContributionFinancementRecherche).

L'Etat est pro-logiciel libre ce qui est bien mais il doit plus souvent se poser la question de la production du logiciel libre autant que de sa bonne utilisation.

1 argument pour ∨

Patrick Gendre
#2448, le 22/12/2014 - 15:16

oui, la remarque vaut aussi pour les collectivité et les établissements publics bien sûr.

La consultation est fermée

1 argument contre ∨

Wikibuster
#3004, le 24/01/2015 - 22:15

L'Etat devrait prendre conscience que le logiciel prétendu libre n'a rien à voir avec la philanthropie. C'est un modèle pseudo-économique qui est surtout opportuniste et qui masque une incapacité à affronter les réalités économiques par l'exploitation politique des bons sentiments d'un public mal informé. Que l'Etat continue d'utiliser les logiciels les plus économiques et qu'il ne se fasse pas berner par l'idéologie manipulatrice de l'organisation Creative Commons.

La consultation est fermée

La consultation est fermée